Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 10:57

Concert de Noël 

Devant un Espace Malraux comble et dans une ambiance festive et conviviale, le concert de Noël a réuni le dimanche 27 novembre 2011 le Choeur "Odyssées" ainsi que des élèves et des professeurs du Conservatoire municipal.

Les élèves des classes de guitare et luth (Kléber Besson), harpe (Martine Jacotin), violoncelle (Maëlise Parisot) et la chorale d'enfants (Brigitte Lordat) ont tour à tour interprété des mélodies apprises depuis la rentrée tandis qu'"Odyssées", ses chefs de choeur (Marie-Hélène Caspar, Christine Tweedly) et ses solistes (Naëlle Deschamps et Nathalie Patard) accompagnés au piano par Corinne Varest (également professeur d'alto au Conservatoire de Claye-Souilly) proposaient à l'attention des présents des compositeurs renommés: Bach, Rameau, Verdi, Rossini, etc.

Stéphanie Dubois, en récitante avertie, était chargée de prêter sa voix à ce beau spectacle de Noël.

Epilogue à ce feu d'artifice "son et lumières" de fin d'année (bravo aux techniciens: Olivier, Laurent et Clément), les chants communs (Noël blanc, We Wish You a Merry Christmas, Jingle Bells...) qui réunissaient enfants et adultes soutenus avec enthousiasme par le public.

Une expérience sympathique à renouveler avec le Conservatoire et sa directrice Francine Guillard.

Merci à "L'atelier du fleuriste" qui avait décoré la scène.

Marie-Hélène Caspar.

 

Quelques photos du concert

 

GABEL1.JPG

 

GABEL-3.JPG

 

GABEL-4.JPG        PIDON5.jpg

    PIDON1.jpg

 

PIDON3.jpg

 

PIDON8.jpg

 Stephanie-Dubois.JPG

 

PIDON4.jpg

 

PIDON7.jpg

Photos : Claude Gabel - Jean-Louis Pidon

 

Pour voir le programme du concert, cliquez  ICI

 

Le Choeur "Odyssées" avait invité

les deux autres choeurs de Claye-Souilly :

le choeur "Résonance" et l'ensemble vocal "Horizons"

à participer à ce concert.

Ces deux formations n'ont pas souhaité accepter cette invitation.

 

 

 

Pour retourner sur la page "Dernières Nouvelles", cliquez  ICI  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 11:33

 

Dernière minute :

Pour voir l'album photo de Marie-Hélène Caspar

cliquez  ICI

 

 

LIBAN

terre amie inoubliable

 

LIBAN-01.jpg

 

Partager des émotions est le privilège de la musique et particulièrement du chant choral. Unir sa voix à celle des autres pour servir une musique, un compositeur élève l'âme comme le disait si bien Platon, surtout quand le public est à l'unisson. La musique a également la vertu de rassembler des personnes qui ne se seraient sans doute jamais rencontrées sans elle.

C'est ainsi qu'"Odyssées" a rencontré à deux reprises "La Voix d'antan" de Byblos à Claye-Souilly en décembre 2010 pour un superbe concert de Noël et en terre libanaise du 25 octobre au 1er novembre 2011 en compagnie du curé de la paroisse de Claye-Souilly, le Père Boutros Khalil, lui-même Libanais.

Découvrir un pays, au-delà des clichés, c'est se laisser pénétrer par des cultures et des visions de la vie différentes, des goûts culinaires particuliers, mais c'est aussi s'imprégner de paysages typiques. La promenade dans une ouate brumeuse enveloppant la forêt de cèdres de Bcharré - dont certains sont millénaires - sera pour tous un souvenir inoubliable.

   

P1140138.JPG P1140157.JPG

 

Mais c'est surtout s'interroger avec curiosité sur ces "autres" que l'on ne comprend pas toujours et qui paraissent, vus de loin, seulement des étrangers.

Pendant une semaine (trop courte), les 61 choristes et accompagnateurs qui firent ce voyage mémorable ont ouvert leurs yeux et leurs oreilles, ont regardé, écouté, vu vivre (à une heure libanaise parfois élastique et dans des embouteillages monstres entre Jounieh et Beyrouth!), les amis choristes libanais, les membres de la famille du Père Boutros, Marcelle notre guide, nos chauffeurs Ali et Ali: tous issus d'une même terre mais avec des spécificités culturelles et religieuses différentes selon qu'ils étaient chrétiens ou musulmans.

Tous ces voyageurs odysséens ont parcouru avec émotion la ville de Beyrouth ressuscitée de ses cendres après la longue guerre fratricide qui l'avait dramatiquement dévastée entre 1975 et 1989   et ont admiré son Musée archéologique d'une richesse incroyable après la destruction partielle survenue pendant la guerre.

 

P1110113 P1110123.JPG P1130920.JPG
Sarcophage des combats de Grecs   Détail d'un sarcophage anthropoïde

  Priam implore Achille de lui rendre

le corps de son fils Hector

 

 

          MISEE BEYROUTH P1110130
  "Odyssées" sur les marches ... du Musée Statue d'Hygéa, déesse de la santé

 

Tous ont admiré les paysages extraordinaires de la montagne du Chouf au Sud de Beyrouth avec ses merveilles architecturales dont le palais de l'émir Bechir Chehab II à Beiteddine

 

P1130695

 

et le village typique de Deir el-Qamar.

 

P1130805.JPG

 

Ils ont fait connaissance avec la ville de Sidon et sa Forteresse de la Mer, ses souks et son Musée du savon.

 

         P1130813-copie-1.JPG

Ils ont entraperçu (unique jour de pluie) la Qadisha, la Vallée Sainte (Nord Liban) dont les falaises sont truffées de monastères et de grottes renvoyant à une vie spirituelle intense dans cette région depuis des siècles.

 

P1110477.JPG P1110498.JPG
   

 

Ils ont admiré le panorama splendide sur la baie de Jounieh visible du haut de la statue de la Vierge du Liban perchée sur la colline d'Harissa.

Ils ont découvert, après une lente montée à travers la montagne libanaise, le paysage à couper le souffle de la plaine de la Bekaa coincée entre le Mont Liban et l'Anti-Liban confinant avec la Syrie, ses champs à perte de vue et ses vignobles.

 

P1140200.JPG

 

Enfin, tous ont été émerveillés par le site grandiose de Baalbek dont le gigantisme n'a d'égal que la splendeur des temples méprisant le temps qui passe.

 

P1110754.JPG P1110774.JPG
P1110797-copie-1.JPG P1140284

 

Il y eut aussi, à plusieurs reprises, des rencontres inattendues, des moments d'échanges chaleureux.

Les choristes n'oublieront pas de sitôt le dialogue passionnant avec Thérèse 

Basbous, son fils Anachar et Samir Basbous lors de la visite du Musée de la sculpture des frères Basbous à Rachana.

 

P1140087.JPG

 

Ou encore avec les prêtres rencontrés à Bcharré lors d'une messe à la ferveur intense.      

 

LIBAN-214.jpg

 

Ils se souviendront de la rencontre avec le prêtre grec orthodoxe qui, devant la grotte de la Vierge à Maghdouché près de Sidon, alors que tous s'apprêtaient à partir car la nuit tombait, demanda que l'on chantât pour lui et voulut se faire photographier avec le groupe.

 

P1130881.JPG LIBAN-06-copie-1.jpg
   

 

LIBAN-16-copie-1.jpg

 

Comment oublier l'audience accordée généreusement dans sa résidence de Bkerké par Monseigneur Sfeir, patriarche maronite émérite?

 

P1140003-copie-3.JPG LIBAN-115.jpg

 

P1140019.JPG

 

Comment ne pas se souvenir de l'accueil sympathique de Nicole et Dzovig Bouldoukian et de frère Abdallah à Saint Louis des Capucins à Beyrouth,

 

SAINT-LOUIS.JPG

 

des bras ouverts du Père Mounir, vicaire général et curé de la cathédrale de Batroun,    

 

LIBAN-181---Copie-copie-1.jpg BATROUN.JPG

 

de l'affection témoignée par les membres de la famille du Père Boutros: Charles, Nadia et leurs filles, Marie-Rose et son mari, Joseph et Bassam qui nous avait accueilli à l'aéroport Rafic Hariri de Beyrouth?

Comment effacer de sa mémoire la répétition mémorable d'avant concert chez le Père Boutros, moment particulièrement chaleureux dans cette belle maison libanaise chargée d'histoire et d'amour?

Personne n'oubliera non plus les concerts improvisés: à Beyrouth devant l'iconostase de l'église grecque orthodoxe Saint Georges,

      LIBAN-28.jpg

 

dans l'odéon de Byblos

 

BYBLOS-BOUJOU.JPG

 

ou dans le Temple de Bacchus à Baalbek devant un public éclectique composé de touristes et des membres de notre escorte policière émus par cette surprise musicale. Instants magique de partage, de pure émotion, de pur bonheur.

BAALBEK-CONCERT.jpg P1140318.JPG

 

Enfin, personne n'oubliera les repas partagés, les cadeaux échangés avec les choristes de "La Voix d'antan" et leur chef, le Père Miled Tarabay, près du Monastère de Saint Maron à Annaya dans la montagne au-dessus de Byblos.

 

P1140071.JPG

       

blog3-0028.JPG

 

Montagne pétrie de religiosité où sont nés plusieurs saints libanais: Hardini, Charbel, Rafca et le Bienheureux Frère Estéphan.  

 

Les choristes d'Odyssées et les accompagnateurs sont unanimes pour reconnaître que parmi les nombreux voyages effectués par le Choeur à l'étranger, ce voyage au Liban sera celui qui aura le plus marqué et touché leur esprit et leur coeur.

Marie-Hélène CASPAR

 

Concerts donnés au Liban

- jeudi 27 octobre à 20h 30 : église Saint-Louis des Capucins de Beyrouth

 

BEYROUTH-3.JPG

 

 

LIBAN-157-copie-1.jpg

 

 

LIBAN-72.jpg

 

- samedi 29 octobre à 19h 30 : cathédrale Saint Etienne de Batroun - Nord Liban  

 

BATROUN-BOUJOU.JPG

 

- dimanche 30 octobre à 10h 30 : animation de la messe et concert en l'église Sainte Anne de Bcharré - Nord Liban

LIBAN-219.jpg

 

    Photos : Caroline Boujou, Marie-Hélène Caspar, Cécile Chanu,

Jean-Marc Huyghe, Jean-Louis Pidon.

 

   **************  

Le magazine "Valeurs actuelles" a organisé pour ses lecteurs à la mi-octobre 2011 un voyage au Liban (voir ci-dessous l'article du 10 novembre 2011).

Ce groupe accompagné par Marcelle, notre guide,  n'a pas pu se rendre à Baalbek, l'Ambassade de France n'ayant pas autorisé ce déplacement.

Nous sommes donc particulièrement heureux d'avoir pu effectuer cette visite grâce à une escorte policière obtenue sur intervention du Père Boutros Khalil que nous remercions chaleureusement.  

Article Valeurs actuelles

 

 

Voir aussi le document de présentation du voyage réalisé par Marie-Hélène Caspar

en cliquant  ICI

 

 

Pour retourner sur la page "Dernières Nouvelles", cliquez  ICI

 

   https://picasaweb.google.com/mh.caspar/LIBANOCTOBRE2011?authkey=Gv1sRgCOy-kJO4r4zIwAE#

     

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 21:26

 

 

Tournée du Choeur "Odyssées" au Liban

Interview de M.H. Caspar

parue dans l'Agenda Culturel de Beyrouth 

 

Le 25 octobre 2011, l'Agenda Culturel de Beyrouth a publié une interview de Marie-Hélène Caspar annonçant le concert du 27 octobre (église Saint-Louis des Capucins à Beyrouth).

 

Pour voir cet article,  cliquez sur le lien ci-dessous : 

http://www.agendaculturel.com/Musique_Chant_choral__Odyssee_beyrouthine_de_Marie+Helene+Caspar

 

Autre article en page d'accueil sur www.agendaculturel.com  du 27 octobre 2011

cliquez  ICI   

 

Pour voir l'article détaillé et illustré sur cette tournée, cliquez ICI

 

Pour revenir sur la page "Dernières Nouvelles", cliquez  ICI

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 11:27

Entretien avec ... Patrice Leconte

cinéaste

 

Photo-Patrice-Leconte-copie-1.jpg

 

Patrice Leconte, vous êtes l'un des plus grands cinéastes français. Vous avez obtenu 5 Césars du meilleur réalisateur et votre film "Les bronzés 3" est 5ème au box office des films français de tous les temps avec 10,5 millions d'entrées (et plus de 22 millions de téléspectateurs).

Vous êtes également et surtout, pour les amis, abonnés et visiteurs de notre blog, à l'origine de l'oeuvre d'Etienne Perruchon "Dogora" qui a enthousiasmée toute notre région. On peut dire, et Etienne Perruchon ne nous contredira pas, que Dogora n'existerait pas sans vous dans sa version actuelle.

Nous vous remercions d'avoir accepté de répondre à nos questions à l'intention des nombreux cinéphiles et personnes atteintes du "virus" dogorien.

 

 

Comment expliquez-vous que la vision de scènes de rue au Cambodge vous ait fait penser à la musique dogorienne dont les paroles sont plutôt à consonance slave ?

Je connaissais la musique d’Etienne avant d’aller au Cambodge. Elle était porteuse d’émotions, d’espoirs, de vie. C’est pour cela que j’ai aussitôt pensé à ce magnifique DOGORA d’Etienne Perruchon quand je suis arrivé à Phnom Penh et que le projet de ce film a commencé à germer dans ma tête. Mettre une musique cambodgienne sur un film tourné au Cambodge relève du pléonasme. Mettre la musique d’Etienne prouve bien que DOGORA n’est pas un film documentaire.

 

Le film "Dogora, ouvrons les yeux" n'a pas obtenu le succès qu'il mérite. Est-ce une très grosse déception pour vous ?

Oui, bien sûr. Je sais bien que c’est un film fragile. Mais on espère toujours…

 

Vous avez dit à sa sortie que c’était le film que vous préfériez. Est-ce toujours le cas, 7 ans après sa réalisation ?

Je ne sais pas si c’est mon préféré (sans doute que si), mais c’est à coup sûr mon film le plus personnel.

 

Nous envisageons d’organiser une projection de ce film soit à Claye-Souilly, soit dans une autre salle de la région. Serez-vous parmi nous lors de cette projection ?

Chaque fois que je suis libre pour accompagner ce film, je viens. Donc, dès que nous aurons une date à Claye-Souilly, je vous dirai. Et j’espère pouvoir venir (1).

 

Quelle est la place de la musique dans un film ? Dans quelle mesure l'accompagnement musical contribue t- il au succès du film ?

DOGORA n’est rien sans la musique d’Etienne. C’est elle qui a été mon guide, mon inspiration. C’est un film que nous avons fait à 3 : Etienne, moi-même, et Joëlle Hache, qui a monté le film avec un talent fou. Je voulais que nous puissions signer de nos 3 noms, mais le distributeur n’a pas voulu.

 

Qu'est-ce qui déclenche la décision de faire un film : l’envie de raconter une histoire, d’adapter un roman, de plaider une cause, de répondre à une sollicitation ?

Un projet de film comme DOGORA vous tombe dessus sans que vous puissiez vous y attendre. Il y avait là comme une évidence. Mais c’est un cas à part. Malgré tout, et d’une façon générale, mes décisions sont toujours très instinctives, intuitives, et je ne réfléchis jamais au "pourquoi je fais les choses".

 

Avant de décider du tournage d'un film, fait-on une étude préalable sur l'impact auprès du public compte tenu du sujet et des acteurs ou bien est- ce une simple affaire d'instinct ?

Non, non, juste l’instinct. C’est pour cela que, parfois, on se casse la figure. Mais au moins, on échappe à tout formatage intempestif.

 

Diriger des acteurs est-ce un exercice difficile surtout lorsque ce sont des "stars" (ou des comédiens qui se considèrent comme tels) ?

Il est plus facile de diriger des stars que des mauvais acteurs. Tout est affaire de confiance (confiance mutuelle, bien entendu). Quand vous aimez les acteurs, ils vous donnent le meilleur. Pareil pour les gens.

 

Avez-vous connu des conflits dans les relations personnelles avec des acteurs ?

Ca m’est arrivé. Très rarement. Et je déteste ça. Je déteste les conflits, d’une manière générale…

 

Vous avez obtenu la consécration du grand public avec des entrées records pour certains films ("Les bronzés") et celle de la profession avec 5 "Césars". Qu'est-ce qui est le plus important pour vous ?

 

Sans aucune démagogie, le succès public est beaucoup plus gratifiant que les récompenses. Même si celles-ci font très plaisir. J’aurais bien aimé recevoir 5 César, mais hélas, même si j’ai été souvent nominé, je n’ai obtenu qu’une seule fois le César du meilleur réalisateur, pour RIDICULE. (2)

 

Comment peut-on expliquer la discordance entre les goûts du public qui plébiscite des films comme "Les Chti's" ou "Les bronzés" et le jugement des professionnels du cinéma dont les « Césars » ne consacrent pas les mêmes films ?

 

Vaste débat. Insoluble. Mais encore une fois, je préfère faire beaucoup d’entrées et ne pas avoir de César, plutôt que le contraire.

 

Que répondez-vous à ceux qui disent que la cérémonie des "Césars" est une auto-célébration des professionnels du 7ème art ?

C’est sans doute vrai. Mais c’est vrai de tous les prix. Et les César sont utiles à la carrière des films.

 

Certains metteurs en scène sont très dirigistes avec les acteurs, d'autres leur laissent une grande liberté d'action. Dans quelle catégorie vous situez-vous ?

Les acteurs ne sont pas des marionnettes dont le réalisateur tirerait les fils, ni des morceaux de pâte à modeler dont on pourrait obtenir n’importe quoi. Je ne suis pas archi dirigiste. Certainement pas laxiste non plus. Mais ce que j’essaye à chaque fois de mettre en place, c’est la complicité. Et cette complicité là nous ouvre, dans la douceur, toutes les portes.

 

Votre dernier film "Voir la mer" sort sur les écrans le 4 mai prochain. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Un film à petit budget, sans stars, tourné sur les routes, une histoire très sentimentale de deux frères amoureux de la même fille, et inversement. L’histoire harmonieuse et ensoleillée d’un trio amoureux, qu’aucune ombre de jalousie ne vient jamais abîmer. La vie plus belle que la vie. Donc, du cinéma. J’ai fait ce film pour rendre les gens heureux (3)

 

Vous travaillez actuellement sur un film d’animation en relief tiré du roman de Jean Teulé "Le magasin des suicides" (sortie prévue en mars 2012) et si nous sommes bien informés c'est Etienne Perruchon qui devrait assurer l'accompagnement musical. Pouvons-nous nous attendre à un projet innovant ?

Ah oui, archi super méga innovant. Ce film est une bombe. Rendez-vous au printemps 2012.

 

Quand un film a du succès, ce sont les acteurs qui sont médiatisés et qui en tirent toute la gloire. Le réalisateur ne peut-il pas légitimement ressentir une certaine frustration ?

Aucune frustration. Je préfère que l’on s’intéresse à mon travail qu’à ma personne.

 

Quels sont vos acteurs fétiches ?

Daniel Auteuil, Sandrine Bonnaire, Vanessa Paradis, et quelques autres aussi.

 

Sur le plan professionnel quelle a été votre plus grande réussite ?

D’avoir réussi à faire couper très court les cheveux de Vanessa Paradis pour "La fille sur le pont". Sans blague.

 

et votre plus grand échec (le cas échéant) ?

Sans doute "Une chance sur deux". Le film est bien, et j’ai aimé le faire, mais les spectateurs n’ont pas eu envie de venir voir Belmondo et Delon réunis 30 ans après "Borsalino". Dommage.

 

Sur un plan plus personnel : A quel âge vous êtes-vous senti attiré par le cinéma ?

A l’adolescence. Et cette attirance n’a cessé de croitre.

 

Vous avez dit un jour "J'ai envie de partager". Est-ce cette envie de partager qui vous a poussé vers ce métier ?

Ah oui, sûrement, car le cinéma n’est pas un métier d’égoïste. Du moins tel que je le conçois.

 

Vous avez exercé beaucoup d’activités dans votre carrière (nous donnerons à la fin de cet article quelques précisions sur votre parcours). Comment expliquez-vous cette « soif » de découvertes ?

On dit que la curiosité est un vilain défaut, alors que pour moi, c’est la principale qualité. Voilà : je suis curieux de beaucoup de choses.

 

Dans quelle activité avez-vous connu le plus de satisfactions ?

Le cinéma, sans hésiter.

 

Si vous n'étiez pas ce que vous êtes, quel métier auriez-vous aimé exercer ?

J’aurais aimé être peintre. Mais attention, un bon : Albert Marquet, Matisse…

 

Que diriez-vous à un jeune qui « veut faire du cinéma » ?

Aucun rêve n’est impossible.

 

Vous avez écrit des livres, essais et romans et dernièrement "J'arrête le cinéma" (Calman Levy - mars 2011). Faut-il mettre un point d’interrogation après ce titre ?

Ce titre est un mensonge. Le titre complet aurait pu être "J’arrête le cinéma, un jour ou l’autre, il faudra bien". Mais c’est vrai que je ne pense pas tourner encore des tonnes de films.

 

Avez-vous d’autres projets dans le domaine littéraire ?

Bien sûr : un 3ème roman qui me trotte en tête, et dans lequel je vais plonger dès que j’aurai une vraie période de calme devant moi.

 

Quel genre de musique aimez-vous et quels sont vos compositeurs et interprètes favoris ?

Impossible de répondre : j’écoute de tout, des musiques de films, Philip Glass, Paolo Conte, Santana, des musiques indiennes. Curiosité toujours…

 

Etes-vous supersticieux ?

Non, je ne suis pas superstitieux, ça porte malheur.

 

Votre excellente réplique aux critiques d'Eric Zemmour au cours d’une émission de télévision avec la fable du "corbeau et du rossignol" (fable qui ne doit rien à La Fontaine), était-elle préméditée ?

Ah oui, cette petite fable assassine était largement préméditée. Impossible d’improviser un truc pareil (4).

 

Vous avez deux filles, exercent-elles des métiers de cinéma ?

Bien sûr, comme par hasard. Marie a 36 ans, elle est script-girl. Alice a 26 ans, elle est assistante déco. Les chats ne font pas des chiens… Il nous arrive parfois de travailler ensemble, et c’est très agréable.

 

Et pour finir, Patrice Leconte, êtes-vous un homme heureux ? (Nous avons posé la même question à Etienne Perruchon, votre ami et complice).

Si un type comme moi vous répond « Non, je ne suis pas heureux », alors je ne vois pas qui pourrait l’être sur cette planète : je fais le métier dont je rêvais depuis toujours, et ce métier me comble. Je suis en bonne santé. Je suis marié depuis 40 ans. Mes deux filles sont épatantes. Je suis un privilégié. Je ne m’en excuse pas. Mais c’est juste important d’en avoir conscience.

Propos recueillis par Pierre Caspar

 

(1) Pour voir la bande-annonce du film "Dogora, ouvrons les yeux" cliquez ICI (et attendre 15 à 20 secondes))

(2) Effectivement Patrice Leconte a été "nominé" 5 fois au César du meilleur réalisateur et a reçu le César une fois. Il n'en est pas moins vrai que c'est un très grand cinéaste. Sous sa direction Gérard Jugnot, Jean Rochefort, Michel Blanc, Charles Berling, Daniel Auteuil, Juliette Binoche et Vanessa Paradis furent "nominés" aux Césars et Daniel Auteuil reçut cette distinction.

(3) Pour voir la bande-annonce du film "Voir la mer" cliquez ICI. Voir aussi dans la biographie de Patrice Leconte ci-dessous.

(4) Pour voir cette séquence cliquez sur :

www.youtube.com/watch_popup?v=1JExRkB7gxw&vq=large#t=19

 

 

Perruchon-Leconte.jpg

 

 

patrice leconte photo3        Photo-7.jpg   Patrice-leconte-photo-copie-1.jpg

 

 

PHOTO PATRICE LECONTE A            gregory-yetchmeniza-le-dauphine-libere-photopqr-annecy--hau.jpg

 

 

Patrice Leconte

Durant ses études à l'IDHEC, qu'il intègre en 1967, Patrice Leconte réalise plus de vingt-cinq courts métrages. Passionné par le cinéma, il s'intéresse également à la bande dessinée, et collabore au journal Pilote en tant qu'auteur/dessinateur grâce à Marcel Gotlib et René Goscinny, de 1970 à 1975.

En 1975, Patrice Leconte franchit le pas et tourne son premier long métrage "Les wc étaient fermés de L’intérieur", avec Coluche et Jean Rochefort. Le tournage est difficile, l'ambiance électrique, mais le film tape dans l'œil de la troupe du Splendid qui lui propose d'adapter à l'écran sa pièce "Amours, coquillages et crustacés" … Ce qui donnera, trois ans plus tard, "Les Bronzés" ! Succès public et critique, le film aura même une suite l'année suivante, "Les Bronzés font du ski". La carrière de l'équipe du Splendid explose, et Patrice Leconte est déjà considéré comme une valeur sûre du cinéma français. Le réalisateur continue alors sur sa lancée et co-écrit trois comédies avec Michel Blanc, dont "Viens chez moi, j'habite chez une copine" et "Ma femme s’appelle reviens".

Patrice Leconte opère alors un virage dans sa carrière en mettant en scène "Les Spécialistes", avec Gérard Lanvin et Bernard Giraudeau. Le cinéaste prouve alors son éclectisme, ses envies et sa polyvalence. Réalisation, scénario et bientôt cadre, puisqu'il décide de tenir la caméra à partir de son film suivant, "Tandem", un rôle qu'il ne lâchera plus puisqu'il assure alors lui-même le cadre de tous ses films. "Tandem" lui rapporte trois nominations aux César. Deux ans plus tard, le cinéaste monte les marches de Cannes pour "Monsieur Hire", qui sera également nommé dans la course aux statuettes du meilleur film et du meilleur réalisateur. Il tourne alors avec les plus grands.

Rebelote l'année suivante, Patrice Leconte est une nouvelle fois nommé pour les Césars du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario original ou adaptation pour son film désormais culte "Le mari de la coiffeuse"... Les succès et les nominations se succèdent, et il est couronné en 1996 par le César du meilleur film, du meilleur réalisateur et une nomination à l'Oscar (à Hollywood) du meilleur film étranger pour "Ridicule".

Etrangement, le public ne suit pas lorsqu'il réunit deux monstres du cinéma français, Alain Delon et Jean-Paul Belmondo dans "1 chance sur 2" … Mais le cinéaste n'a pas dit son dernier mot et revient exploser le box office l'année suivante avec "La fille sur le pont". Drame enchanteur, le film relance la carrière de Vanessa Paradis, envoûte le public et lui vaut deux nouvelles nominations aux César. Le réalisateur se fait alors moins présent sur les écrans, transformant la belle Laetitia Casta en fille de joie dans "Rue des plaisirs" avant de faire prendre le train à Johnny Hallyday et Jean Rochefort. "L'homme du train" lui vaut même une sélection au Festival de Venise.

Le cinéaste, éclectique s'il en est, décide alors de faire partager au public son amour du Cambodge avec le documentaire "Dogora - ouvrons les yeux", une histoire sans paroles mais où la musique "va au delà des mots". Puis, en janvier 2006, il revient à la comédie qui l'a fait connaître, et crée l'événement en réunissant, 25 ans plus tard, Popeye, Gigi, Jérôme, Bernard et les autres pour "Les Bronzés 3 - amis pour la vie"

En mai 2006, il est sur la Croisette en tant que membre du jury du 59ème Festival de Cannes. Fin 2006, sort sur les écrans "Mon meilleur ami", avec Daniel Auteuil et Dany Boon.

Début 2009, il revient avec la comédie "La guerre des miss", avec Benoît Poelvoorde. La même année, il est également membre du jury du 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

Alors qu'il est membre du Jury pour le cinquantième anniversaire du Festival international du film d'animation d'Annecy (Juin 2010), il s'engage dans le parrainage de l'Association Thibfilms créée par quatre adolescents de 16 ans à Annecy, association dont le but est de soutenir la promotion et la réalisation de films d'animation, de bandes dessinées, films documentaires et films de fiction d'enfants et d'adolescents.

Grâce à Patrice Leconte, Gérard Jugnot, Jean Rochefort, Michel Blanc, Charles Berling et Daniel Auteuil furent "nominés" au César du meilleur acteur. Côté femmes, ce sont Juliette Binoche et Vanessa Paradis qui furent "nominées" au César de la meilleure actrice. Daniel Auteuil remportera le César.

Prochain film « Voir la mer » film sentimental qui verra Pauline Lefèvre faire ses débuts à l'écran. (Cliquer ICI ). Le film "Voir la mer" paraîtra sur les écrans le 4 mai 2011.

 

voir-la-mer-laffiche.jpg

 

Patrice Leconte travaille actuellement, en collaboration avec Etienne Perruchon, sur un film d’animation en relief dont la sortie est prévue en mars 2012.

Il est marié avec Agnès Béraud, attachée de presse des Cahiers du Cinéma, avec qui il a eu deux filles, Marie et Alice.

Pour des informations complètes et détaillées (biographie, filmographie, bibliographie, récompenses et nominations cliquez ICI )

(Une partie de cette biographie a été tirée d'un article paru sur le site "http://commeaucinema.com)

 

 

Nous conseillons deux livres de Patrice Leconte:

 

1/ "Je suis un imposteur" (Flammarion 1998) qui relate sa vie et sa carrière.

Description de l’éditeur :

« Y'a du soleil, y'a des nanas... Que celui qui n'a pas fredonné ce refrain regarde ailleurs, car l'homme qui a fait rire des générations avec Les Bronzés, le réalisateur chanceux de Ridicule, de Tandem ou de La Fille sur le pont, le fou qui a voulu réunir Belmondo et Delon dans une parodie de film d'action, livre tous ses secrets. Cet imposteur, comme il se définit lui-même, c'est Patrice Leconte. Parce que la réussite d'un film est le fruit du hasard, parce que le cinéma n'est qu'un miracle et parce qu'il n'a "aucun suicide de producteur sur la conscience", Leconte, dans ces mémoires provisoires, raconte, le caractère magique du septième art, les reflets illusoires du succés et les échecs qui font mal. De Philippe Noiret à Fanny Ardant, de Coluche à Juliette Binoche, en passant par Vanessa Paradis, Jean Rochefort ou Josiane Balasko... ce sont les étoiles du cinéma de ces trente dernières années que l'on croise dans son univers. Réussites et plantages, rapports avec la critique, anecdotes de tournage Patrice Leconte ne cache rien. Docteur Jekyll ou Mister Hyde ?

 

2/ « J’arrête le cinéma » (Calman Lévy, 9.3.2011) dans lequel on découvre

« combien Jean Rochefort peut être odieux, que Juliette Binoche n’est pas toujours facile à diriger, que le slogan « amis pour la vie » des Bronzés 3 n’est pas forcément vrai, qu’un cinéaste est toujours un peu amoureux de ses actrices… Mais ce livre n’est pas qu’une enfilade d’anecdotes drôles, même s’il en regorge. Leconte est le premier critique de ses œuvres, dont il parle avec une exigeante lucidité, avouant avec une rare franchise telle erreur, telle faiblesse, telle limite… » (texte extrait de la présentation de l’éditeur)

 

Autres livres signés Patrice Leconte :   photos patrice leconte4

1975 : Gazul et Cie, bande dessinée, A.U.DI.E., coll. « Fluide Glacial ».

2001 : Le cinéma dans la cité , essai, Collectif, Éditions du félin  

2003 : Moments d’égarement, nouvelles illustrées par Blutch, Casterman, coll. « C'est pour offrir »

2007 : Gazul Club, bande dessinée, Michel Lagarde.

2009 : Les femmes aux cheveux courts, roman, Albin Michel

2011 : Riva Bella, roman, Albin Michel

 

 

 

Avec-F-Mitterand.jpg Photo-5.jpg

 

Voir aussi texte et interview dans un article paru à l"occasion des concerts "DOGORA" en cliquant ICI

 

Photo-6.jpg

 

 

Pour retourner sur la page "Dernières Nouvelles" cliquez ICI

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 11:15

 

Voyage au

Pays basque espagnol

du 1 au 5 juin 2011

 

Affiche.JPG

 

Voyager "en choeur" est toujours une aventure musicale et humaine. Le groupe est encore plus solidaire qu'à l'accoutumée et le temps du voyage permet aux uns et aux autres de mieux se connaître, de mieux s'apprécier et de mieux affronter le stress particulier des concerts donnés devant un public étranger, dans des lieux inconnus.

Mais lorsque l'on est à l'étranger, chanter avec un choeur "ami" dans une église à l'acoustique généreuse et devant un public sensible et attentif est toujours une occasion non seulement de se faire plaisir mais de se surpasser.

"Odyssées" a eu cette chance lors de sa découverte du Pays Basque espagnol puisqu'il connaissait déjà le choeur masculin "Santa Lucia" de Llodio venu à Claye-Souilly en décembre 2008 pour un concert de Noël inoubliable.

Il lui fut alors facile de chanter dans la très belle église de la ville à l'acoustique exceptionnelle, de donner le meilleur de lui-même et de partager avec ces Basques amis, à la voix puissante et généreuse, une musique universelle invitant à l'émotion et au partage: celle du Choeur des esclaves du Nabucco de Verdi ou de Signore delle cime de Bepi de Marzi.

Les applaudissements réchauffent toujours les coeurs des choristes mais les sourires, les poignées de mains, les mots simples échangés à la fin des concerts sont autant de marques de reconnaissance qui touchent au plus profond: joyaux que chacun conserve en soi comme un trésor intime.

Mais les voyages réservent parfois des surprises inattendues, qui tirent les larmes des yeux. C'est ce qui est arrivé aux choristes d'"Odyssées" lorsqu'on leur demanda de donner un concert privé pour les soeurs Augustines du couvent d'Artziniega près de Bilbao. Rencontre exceptionnelle, fruit du hasard, qui eut lieu dans une magnifique chapelle empreinte de sérénité. L'espace d'un instant, le temps fut suspendu. Et lorsque les jeunes Augustines, venues d'un pays lointain (les Philippines) chantèrent à leur tour dans leur langue, le sourire aux lèvres, pour remercier le Choeur, qui était le plus heureux?

Marie-Hélène Caspar

 

    photo-annie-bosco.JPG

Devant le Théâtre de Bilbao

 

 

c.JPG

Devant le Musée Guggenheim

 

 

DSC03846.JPG

Concert à l'Auditorium d'Amurrio

 

 

DSC04029.JPG

Réception à la Mairie de Llodio

 

 

PHOTO-LLODIO-avant-concert.JPG

Avant le concert de Llodio

 

 

PHOTO-LLODIO--Marie-.JPG

Concert en l'église de Llodio

 

 

DSC04056.JPG

 

 

 

a.JPG

 

 

    b

  Choeur "Odyssées" et Coral Santa Lucia de Llodio

 

      Photos : Annie Bosco - Marie-Hélène Caspar

Serge Deschamps - Claude Gabel

 

 

Pour toute information

concernant la "Coral Santa Lucia de Llodio",

cliquez ICI

 

 

 

 

Une excellente idée :

    retournez sur la page "Dernières Nouvelles",

en cliquant ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 11:08

 

Cécile Chanu

pianiste

 

Stéphanie Dubois

récitante

 

vous invitent à assister au spectacle musical

 

Affiche-concert-Chanu-juin-2011.jpg

 

 

Frédéric Chopin et George Sand    

Regards croisés

 

Frédéric Chopin et George Sand ...

deux figures emblématiques du romantisme

qui furent liés par une relation pour le moins ambiguë !

 

Chopin-Sand.jpg

 

 

Ce spectacle musical propose de tracer un portrait du compositeur, vu par G. Sand, où textes et musiques s'entrecroisent pour recréer l'ambiance particulière d'un amour singulier ...  

 

Au programme  

Valses, nocturnes, mazurkas, fantaisie-impromptu ...

de Frédéric Chopin

sur des textes extraits de "Histoire de ma vie"

et "Correspondances : 1812-1876"

de George Sand

 

    Théâtre de L’Ile St Louis Paul Rey

39, quai d'Anjou 75004 Paris - Métro Pont-Marie

Entrée 15 euros (Etudiants et moins de 25 ans : 10 euros)

 

les 7, 9, 14 et 28 juin 2011 à 18 h 30

le 26 juin 2011 à 15 heures

Réservation au 01 46 33 48 65

  http://www.theatre-ilesaintlouis.com/

    ou cliquez ICI 

 

Cécile Chanu  

Après d.jpgdes études musicales dans le Conservatoire du cinquième arrondissement de la Ville de Paris, où elle obtient ses 1ers prix de piano, musique de chambre et formation musicale, Cécile Chanu intègre l'École Normale de Musique de Paris.

Elle y complète sa formation en analyse, harmonie, histoire de la musique et reçoit les conseils avisés de ses professeurs, Serge Petitgirard et Victoria Melki, héritiers du grand pédagogue Alfred Cortot. Elle y obtient le Diplôme d'Enseignement.

Elle poursuit ensuite un cursus de perfectionnement sur la gestuelle pianistique au Centre International de Piano, fondé par Marie-Christine Calvet.

Titulaire du Diplôme d'État de professeur de piano, elle enseigne au Conservatoire municipal de Claye-Souilly.

Engagée dans une dynamique de transmission, elle amène l'univers de la musique classique à portée de tous par la réalisation de spectacles musicaux.

Puisant ses sources dans la littérature et les arts visuels, elle crée en 2009 "Chopin et George Sand, les amants maudits" puis "Schumann, le poète parle" en 2010.

Sa carrière de pianiste se partage entre concerts en soliste, musique de chambre et accompagnements de chanteurs.

Depuis septembre 2009, elle est l'accompagnatrice du Chœur "Odyssées"

avec lequel elle donne de nombreux concerts

en France et à l'étranger (Chine, Italie, Chypre).

Curieuse de tous les répertoires, elle participe régulièrement aux concerts de musique contemporaine de l'association Musica Temporalia : "Hommage à Gyorgy Kurtag" (2008), Concert à 44 pianos (2009), "Satie, Cage et la Danse" (2010).

Passionnée par les rencontres artistiques diverses, elle est l'accompagnatrice des "Rencontres de Violoncelles de Questembert" qui ont lieu chaque année en août dans le Morbihan.

 

 

    n

 

 

 

Stéphanie Dubois  

 Récitante

 

 

 

 

     

Nous vous conseillons de consulter l'article "Dernières Nouvelles"

en cliquant ICI

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 11:07

Spectacle musical   

             "Les mystères de l'amour"   

b.jpg

 

Samedi soir 14 mai, le public de Claye-Souilly a été invité à un spectacle musical inédit ayant pour thème "Les mystères de l'amour".

Ce spectacle, organisé par le Rotary Club de Claye-Souilly-Roissy Charles de Gaulle et le Festival de Musique de Claye-Souilly, conçu par Marie-Hélène Caspar et Cécile Chanu, a été donné au profit de l'association "Horizon Cancer" de Montfermeil.

Pendant plus d'une heure, les choeurs, les musiciens, les récitants ont donné un spectacle très original et varié, alternant musiques, chants, spectacles visuels (Duo des chats de Rossini, par exemple), poèmes, diaporamas. 

Spectacle peu ordinaire qui a demandé un important travail de préparation aux acteurs. Le public ne s'y trompa pas puisqu'il réserva une ovation à tous les participants à la fin du spectacle.    

Ont participé au spectacle :

 Thomas Escotte (accordéon)

Cécile Chanu (piano)

Le Choeur "Odyssées" de Claye-Souilly

sous la direction de Marie-Hélène Caspar

La chorale "Les Enchanteurs" de Disneyland Paris

sous la direction de Christine Tweedly

Stéphanie Dubois (récitante)

Lucas Urosevic (jeune récitant)

sans oublier les techniciens de l'Espace Malraux qui ont parfaitement maîtrisé la mise en scène avec des jeux de lumière adaptés.

A noter que Martine Jacotin (harpe) qui était prévue dans la distribution a été contrainte d'annuler sa participation au dernier moment.  

Ce spectacle original a donc été une grande réussite. C'est pourquoi le Festival de Musique de Claye-Souilly envisage de le renouveler prochainement dans une autre salle de la région.

Pierre Caspar

 

23-copie-1.jpg

 

d.jpg

 

e.jpg

 

f.jpg g.jpg

   o.jpg

 

n.jpg p.jpg

 

h.jpgPhotos : Jean-Louis  Pidon

 

Pour voir l'article de présentation du spectacle

avec le programme complet,

cliquez ICI    

 

La recette du spectacle sera versée  

    à l'Association "Horizon Cancer" de Montfermeil.        

 

Le cancer est la première cause de mortalité en France   

Actuellement 800.000 personnes vivent avec un cancer, 150.000 en décèdent.

Souvent isolés, ces malades sont désemparés

pour la prise en compte de leurs difficultés :

problèmes familiaux, chômage, précarité, détresse,

solitude sont souvent leur lot quotidien.

Peu d’associations s’occupent directement des problèmes du malade.

Aider moralement, financièrement, juridiquement 

Soutenir - Soulager les malades du cancer :

tels sont les objectif de l’Association

« Horizon Cancer »

créée en 1986 et reconnue d’utilité publique en 2006

36, ter, rue du Général de Gaulle - 93370 Montfermeil

Tél. 01.43.32.79.77 - Fax. 01.43.88.24.39 -

Site : http://asso.proxiland.fr/horizoncancer/

Courriel : horizon-cancer@wanadoo.fr

 

Nous vous conseillons de voir l'article "Dernières Nouvelles" du Festival

en cliquant ICI

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 11:05

 

  photo-mains.jpg

"Les mystères de l'amour"

 

Spectacle musical organisé par

le Rotary Club de Claye-Souilly - Roissy Charles de Gaulle

et le Festival de Musique de Claye-Souilly

 

Ce spectacle est conçu et réalisé par

Marie-Hélène Caspar et Cécile Chanu

 

Participants :    

Choeur "Odyssées".

Direction: Marie-Hélène Caspar

    Chorale "Les Enchanteurs" (Disneyland Paris)

Direction: Christine Tweedly    

Accordéon : Thomas Escotte - Harpe : Martine Jacotin - Piano : Cécile Chanu  

Récitants : Stéphanie Dubois - Lucas Urosevic  

Lumières : Olivier Gilles - Son : Laurent Morisset

 

    Samedi 14 mai 2011 - 20 h 30

Espace André Malraux

Claye-Souilly  

 

Tarifs : 10 euros - 5 euros de 6 à 12 ans

Réservations : Patrick Ravier - Tél. 06 30 85 22 72

Courriel : rotary.clayesouilly@gmail.com

 

  Affiche  

    Affiche-jpeg-copie-2.JPG 

  Le programme  

Programme-Page-1-jpeg.JPG

Pour voir la totalité du programme,

cliquez sur la page ci-dessus

(en raison de l'importance du fichier,

une attente de 1 à 2 minutes est parfois nécessaire )

 

 

Voir reportage et photos du concert

en cliquant ICI

 

 

 

Nous vous conseillons de consulter la page "Dernières Nouvelles"

en cliquant ICI

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 11:00

 

Cécile Chanu et Vanessa Sanfilippo

interprètent brillamment Chopin   

 

P1120301

Deux artistes, deux tempéraments, deux techniques complémentaires et un compositeur au génie incontestable: Frédéric Chopin. Tels furent les ingrédients d'un concert parfaitement réussi donné en l'église Saint Etienne dans le cadre des Dimanches Musicaux du Festival.

Pendant une heure et demie, Cécile Chanu et Vanessa Sanfilippo ont, tour à tour, donné la mesure de leur talent sur un piano de concert dont les sonorités magnifiaient le toucher des interprètes.

Parmi un corpus constitué de centaines d'oeuvres potentielles, Cécile et Vanessa avaient choisi avec justesse ce qui correspondait le plus à leur humeur et à leur personnalité, alternant les pièces lentes ou brillantes, les préludes, les mazurkas, les valses, les ballades, les pièces célébres ou plus confidentielles.

Un vrai festival de dextérité et de profondeur qui a ravi le public attentif et passionné.

En bis, Cécile et Vanessa offrirent au public un "quatre mains" très réussi pour le plus grand bonheur des mélomanes.

Le public (avec un certain nombre de pianistes en herbe!) fut au rendez-vous pour ce beau dimanche du 1er mai sous le signe du romantisme.  

 

P1120474.JPG

 

DSCN0976-.jpg

 

   P1120469.JPG

 

 

P1120301

  Photos : Marie-Hélène Caspar - Gérard Chauvaux - Jean-François Ligner

 

  Voir aussi l'article de présentation du concert en cliquant ICI

 

Nous vous conseillons de consulter la page "Dernières Nouvelles"

en cliquant ICI 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:30

  

  Entretien avec Frédéric Frammery

Quintette Eterna

   

Photo-Eterna.JPG

 

Le Quintette Eterna et le Choeur "Odyssées" de Claye-Souilly ont enregistré un CD paru en décembre 2010 sous le nom d' "Eternel".

  Un extrait de ce CD (Ave Maria de Caccini)

peut être écouté en

consultant l'article "Enregistrements"

sur ce Blog ou en cliquant ICI

Ce quintette talentueux a déjà prêté son concours à notre choeur (qui s'appelait alors Choeur "Claye Vocale") pour un concert à Saint-Mihiel (Meuse) le 20 septembre 2008.

Nous avons souhaité présenter les excellents musiciens professionnels qui forment le Quintette Eterna à nos fidèles amis.

Pour commencer, nous avons avons posé quelques questions à Frédéric Frammery, trompettiste de cette formation.

  Photo-Frammery-copie-1.JPG

 

Frédéric Frammery, à quel âge avez-vous commencé à apprendre à jouer de la trompette ou d'un autre instrument de musique et à quel âge avez-vous décidé d’en faire votre métier ?

J’ai commencé la musique à l’âge de 11 ans, la trompette dans un premier temps et le piano en parallèle pendant 2 ans. J’ai étudié au Conservatoire à Rayonnement Régional de Douai de 15 à 18 ans. Etant dans l’obligation d’effectuer mon service militaire, j’ai décidé de le faire dans la musique du 8ème Régiment de Transmissions à Suresnes pour ensuite m’engager et en faire mon métier.

 

Qu’est-ce qui a motivé la création du Quintette ETERNA ?

J’ai toujours aimé les petits ensembles de musique de chambre, notamment les ensembles de cuivres. J’ai commencé à pratiquer le Quintette de Cuivres au conservatoire. Lors de mes années passées au 8ème Régiment de Transmissions, j’ai rencontré des musiciens tout autant motivés par la musique de chambre que moi, d’où la création du Quintette.

 

De quoi se compose un Quintette de Cuivres et quelles sont les principales difficultés que l’on rencontre à créer un groupe de musiciens ?

Un Quintette se compose de 5 cuivres comme son nom l’indique ; vous avez les 2 trompettes, le cor, le trombone et le tuba. Le Quintette peut être amené aussi à se produire avec percussions, orgue ou bien orchestre et choeur.

Les principales difficultés à créer un Quintette, c’est tout d’abord de trouver des musiciens motivés, sensiblement du même niveau et surtout une très bonne entente.

 

Quels sont vos projets à court et à moyen terme pour le Quintette ETERNA ?

Nous avons eu très récemment, grâce au concert Quintette et Orgue du 4 décembre dernier, un contact pour 1 voire 2 concerts Quintette et Orgue en Allemagne, ce qui serait une grande première pour le Quintette ETERNA.

Pour les projets à long terme, nous pensons bien entendu au 3ème CD qui est prévu pour 2013-2014 avec un programme différent. Pour notre 1er CD « QUINTESSENCE » nous avons choisi quelques pièces Quintette et Orgue, pour le second « ETERNEL » : Quintette et Chœur (Chœur "Odyssés") et pour le 3ème nous prévoyons quelques pièces Quintette et Orchestre.

 

Combien d’heures répétez-vous par semaine ?

Nous nous voyons en général 1 à 2 fois par semaine et nous répétons en moyenne 2 à 3 heures par répétition.

 

Y-a-t-il une hiérarchie dans votre groupe ?

Non, aucune hiérarchie. Nous parlons beaucoup et nous prenons les décisions ensemble. Le but est vraiment de se faire plaisir.

 

La collaboration, les répétitions et l’enregistrement de votre 2ème CD avec le chœur "Odyssées" ont-ils été faciles ?

Notre collaboration avec le Chœur "Odyssées" s’est extrêmement bien déroulée. Nous sommes ravis du travail effectué et du résultat. Nous avons fait au préalable une répétition afin que tout soit au point pour l’enregistrement.

 

Votre groupe s’appelle « ETERNA » et votre dernier CD « ETERNEL ». Quelle signification donnez-vous à ce rapprochement entre votre musique et la notion d’Eternité ?

Pour notre premier CD, nous avons cherché à faire un jeu de mots entre le type de formation dont nous faisons partie et le titre de notre album (Quintette / Quintessence). Il nous est naturellement venu à l’esprit de reprendre ce concept pour notre second CD en jouant sur le nom de notre Quintette (Eterna / Eternel).

 

Nous vous remercions très chaleureusement d'avoir bien voulu répondre à cette interview. Nous souhaitons une heureuse carrière au quintette et peut-être une nouvelle collaboration avec le Festival de Musique de Claye-Souilly et le Choeur "Odyssées".

Propos recueillis par Pierre Caspar 

  (interview et reportage réalisés en janvier 2011)

Frédéric FRAMMERY

Natif de la région Saint-Poloise (62), il étudie au Conservatoire National de Région de Douai et y obtient un 1er prix à l'Unanimité de Cornet, Trompette et Musique de Chambre. Il part ensuite faire ses armes dans différents Conservatoires de la Région Parisienne notamment auprès de B. GABEL et G. TOUVRON. Il passe quelques années au sein de la Musique Terre Ile de France avant d'intégrer, en 2006, l'Orchestre de la Police Nationale.  

 

 Concert donné le 20 septembre 2008 à Saint-Mihel

par le Choeur "Claye-Vocale" et le Quintette "Eterna"

 

 

 

Les autres musiciens qui forment le

 Quintette ETERNA    

 

 

Domphoto-brudniki.JPGinique BRUDNICKI

Originaire du Pas-de-Calais, ses études musicales vont le conduire au Conservatoire Régional de Lille et à l'Ecole Nationale de Musique de Roubaix où il obtient un premier prix de trompette/cornet. En 2002, il intègre la Musique Régionale Terre-Ile-de-France puis la Musique Principale de l'Armée de Terre en 2007. Il poursuivra également ses études musicales pour obtenir un prix de perfectionnement en trompette au sein de l'Union des Conservatoires des Yvelines.

 

David Rphoto-randon.JPGANDON

Issu d'une famille de musiciens, il commence le cor d'harmonie à l'âge de 10 ans. Fréquentant plusieurs conservatoires de la Région Parisienne, il obtient un premier prix de cor dans la classe de Daniel CATALANOTTI au Conservatoire à Rayonnement Départemental d'Aulnay-sous-Bois. C'est en 1998 qu'il entre à la Musique de la Région Terre Ile De France.

 

 

Maxime AUDIN  Photo-audin.JPG

Né à Roubaix, il commence son apprentissage musical à l'Ecole de Musique de Catillon sur Sambre. Bercé par le son de la clarinette durant toute son enfance, il se tourne pourtant vers le trombone et intègre la classe de Jean Marie RODRIGUES en entrant au Conservatoire de Valenciennes. Il y obtient un 1er Prix de trombone et de Musique de Chambre. Parrallèlement à son Service National dans la Musique de la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, il étudie auprès de Michel HULOT et obtient un Prix de la Ville de Paris. Depuis 1999, il est tromboniste à la Musique Principale de l'Armée de Terre.

 

Pascal MULLER

Photo-Muller.JPG

Originaire d'Alsace, il étudie l'Euphonium au Conservatoire National de Région de Strasbourg. En 1998, il intégre la Musique de la Région Terre Ile de France. Parallèlement, il se perfectionne dans les classes de P. Fritsch, I. Milhiet et P. Legris. Il obtient successivement un 1er Prix à l'Unanimité de la Ville de Paris en Euphonium (1999), un 1er Prix de Musique de Chambre (2001) et un 1er prix du Conservatoire Supérieur de Paris en Euphonium (2003).

 

  Pour écouter des extraits

des enregistrements de ce groupe 

cliquez ICI

 

 Site du Quintette Eterna : cliquez ICI

 

  Retour sur la page "Dernières Nouvelles", cliquez ICI

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierre Caspar
  • Le blog de Pierre Caspar
  • : Le Festival de Musique de Claye-Souilly (Région parisienne) reçoit des choeurs, orchestres, ensembles musicaux du monde entier. Le Choeur de Claye-Souilly a fait des tournées en Europe, aux U.S.A., au Canada, en Chine etc
  • Contact

Recherche