Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 00:00

 

Noël en Italie    

En Italie, les traditions de Noël varient d'une région à l'autre et les petits italiens ne reçoivent pas tous leurs jouets en même temps.

Dans certaines régions du nord de l'Italie, c'est le Père Noël (Babbo Natale) ou le Petit Jésus (Gesù Bambino) qui apportent les cadeaux le 25 décembre. Ailleurs, c'est Sainte Lucie, le 13 décembre.

L'Italie possède un grand nombre de personnages mythiques, qui sont célébrés aux alentours de Noël. Ainsi, en fonction de la région où l'on se trouve, le Noël italien est non seulement fêté de plusieurs manières, mais également à des dates différentes.

Les fêtes de Noël commencent le 13 décembre dans le Nord de l’Italie, notamment à Parme, à Vérone ou en Lombardie orientale. Dans ces régions, c’est Sainte Lucie qui est célébrée. Comme pour le Père Noël, les enfants écrivent une lettre, dans laquelle ils mentionnent les cadeaux qu’ils souhaiteraient recevoir 

A Rome, la capitale, c'est la Befana qui apporte les jouets le jour des Rois. La Befana est une sorcière âgée mais très gentille. Elle se déplace sur son balai et passe par les cheminées pour distribuer les cadeaux.        

Ces temps de fêtes fleurent bon la boulangerie, la pâte d'amande et les fruits confits. Le plus traditionnel des gâteaux italiens est le moelleux Panettone sucré et parsemé de délicieux petits fruits, raisins, fruits confits...  

PanettoneIl a vu le jour à Milan vers 1490; rapidement on l'adopta dans toute l'Italie, des Alpes à la Sicile.

Les légendes abondent sur l'origine du Panettone. La plus populaire est celle du jeune aristocrate qui s'éprit de la fille d'un pâtissier nommé Toni. Pour impressionner le père de sa bien-aimée, le jeune homme se fit passer pour un apprenti pâtissier et inventa un pain extraordinaire, sucré, en forme de dôme et d'une finesse peu commune. Ce nouveau pain aux fruits connut un énorme succès; les gens affluaient à la boulangerie pour acheter le magnifique Pan de Toni.

A Milan, les hommes d'affaires prirent l'habitude de donner le Panettone en cadeau à leurs clients pour Noël. Pendant longtemps, le Panettone fut considéré comme un luxe réservé à une petite élite.  

Les Italiens dégustent aussi le Pandoro dont la popularité suit de près celle du Panettone. Le Pandoro ou pain doré est d'origine plus récente et, par conséquent, plus représentatif des goûts du jour. C'est à Vérone, il y a une centaine d'années, alors que les changements de mode privilégiaient les pâtes à levain plus légères aux pâtes d'amandes plus lourdes, que le Pandoro fut fabriqué pour la première fois. Haut comme un arbre de Noël, il est saupoudré de sucre glace, évocation de neige ou de scintillement d'étoiles. En effet, si on le coupe horizontalement, chaque tranche ressemble à une étoile.

Tout comme le Panettone, le Pandoro se savoure tel quel. Cependant, traditionnellement, on le nappe de crème ou on l'arrose de sauce au mascarpone, de champagne, de chocolat fondu ou de crème fouettée. 

Le Panforte : les friandises traditionnelles proviennent souvent de régions spécifiques d' Italie. Un exemple classique, le Panforte ou pain fort était, à l'origine, une friandise de Sienne (Toscane). Mais sa popularité s'est étendue dans toute l'Italie. On raconte qu'en 1205, les serfs et les paysans du couvent de Montecellesi étaient obligés d'apporter aux religieuses des gâteaux au miel et aux épices en guise de recensement. Ces gâteaux étaient un tel délice que bien vite ils tombèrent entre les mains des laïques.

Le Panforte est rond, composé d'amandes fraîches, de fruits confits, surtout des agrumes, d'épices et de miel. On peut le servir avec une gamme de vins mais en Italie, c'est au Vino Santo que va la préférence. Ce vin sucré de raisins était, à une certaine époque, produit par les monastères toscans.    

Les Ricciarelli sont populaires depuis des siècles. Comme toutes les pâtes d'amandes et les sucreries, on les appellaient massepains. Des documents de la Renaissance décrivent de somptueux banquets en France et en Italie, où l'on servait des Ricciarelli. De nos jours, ces biscuits fins en forme de diamants sont toujours très appréciés. Ils sont composés d'amandes entières fraîches que l'on broie avant de les mélanger avec du sucre et du miel. Les Ricciarelli sont soit blancs, recouverts de sucre glace, soit nappés de chocolat fin.

 

Les crèches

Creche.JPG

La première crèche est réalisée à Naples au tout début du XIIIe siècle. Au XVe siècle apparaissent les premières sculptures. Le décor et les personnages évoluent au fil des siècles. La crèche baroque apparaît au XVIe siècle et à la fin du XVIIe siècle, la crèche napolitaine mêle le sacré (Sainte Famille, Adoration des bergers et des Rois mages...) et le profane avec des personnages de la vie quotidienne.

Au XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe siècle, la réalisation de crèches connaît un véritable engouement et devient aussi le passe-temps favori de la haute aristocratie et de la bourgeoisie napolitaine qui rivalisent d'imagination pour aménager des scénographies toujours plus recherchées.

Les crèches deviennent alors plus profanes et les plus importantes comptent plusieurs centaines de sujets qui envahissent les salles et les terrasses des maisons et des palais napolitains. Cette passion pour la crèche à Naples suscite une telle frénésie collective qu'elle entraîne les meilleurs artistes du siècle dans la réalisation de figures très recherchées.

Les santons (pastori), d'une hauteur qui varie de 25 cm à 45 cm, ont un visage modelé en terre cuite (et non plus en bois) avec des yeux en verre. Les membres sont articulés en bois travaillé. Le corps est réalisé en fil de fer et étoupe, elle-même recouverte par les vêtements. Outre le soin apporté à leurs habits, ces figurines sont caractérisées par une expression très réaliste.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la traditionnelle grotte est remplacée progressivement par un décor de vestiges avec colonnes romaines. Puis, le registre des sujets s’éloignent des textes de l'Evangile : on y intègre des scènes empruntées à la vie quotidienne avec des personnages comme le noble, le paysan, le goitreux ou l'enflé, le tavernier, les joueurs de cartes, de morra, les banqueteurs, les joueurs de musette, de cor... La représentation des denrées alimentaires et des animaux est aussi documentée avec beaucoup de précisions.

Noël traditionnel sicilien

En Sicile, les célébrations de Noël débutent véritablement le 8 décembre lorsque les familles commencent traditionnellement à décorer leur maison pour les fêtes.  

La scène de la Nativité est une coutume beaucoup plus répandue et a été inventée, dit-on, par Saint François d'Assise. Bien que les Presepi (crèches) soient très prisées dans toute l'Italie, la Sicile arrive probablement immédiatement derrière Naples pour leur magnificence, et l'on peut les trouver dans la plupart des foyers et dans la grande majorité des églises. L'une des scènes de la Nativité les plus intrigantes de l'île est le Presepe Vivente (crèche vivante) de Custonaci, entre Trapani et San Vito lo Capo. Ici, au fond de l'immense grotte Mangiapane, se trouve un petit hameau qui, il y a 60 ans environ, était encore habité. Il fournit à présent à la crèche une toile de fond très évocatrice, dans laquelle les habitants se déguisent et rejouent la Nativité du 25 décembre à l'Epiphanie. 

Une autre belle tradition qui peut être vue dans de nombreuses petites villes, comme Isnello et Collesano dans les Madonie, est la nuit des Luminari du 24 décembre lorsque de grands feux sont allumés pour garder l'enfant Jésus au chaud.

D'un point de vue gastronomique, ces importantes festivités nécessitent des tables et des banquets dans des proportions épicuriennes. Les festins commencent le soir du 24 décembre et se poursuivent pendant 24 heures. Comme on pourrait s'y attendre dans le pays des cassate et  des cannoli, les bonbons et desserts sont d'une importance équivalente. Les plus traditionnels d'entre eux sont les Buccellati, de grands biscuits ronds fourrés d'amandes, de pistaches et de fruits secs. Les cadeaux sont ouverts après le dîner du réveillon de Noël et les énormes rassemblements familiaux sont considérés comme une chose naturelle.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, à peine une semaine plus tard, le temps est venu de célébrer la nouvelle année par un autre cenone (littéralement grand dîner ou réveillon). Traditionnellement, les lasagne sont censées porter chance  mais de plus en plus de personnes se tournent maintenant vers la tradition plus italienne des lentilles qui sont synonymes de richesse. Cependant, une fois de plus, ce que vous mangez n'est pas si important. L'essentiel est qu'il doit y en avoir de grandes quantités et qu'à minuit, une ou deux bouteilles de mousseux aient été refroidies à la perfection et soient prêtes à être sablées.  

Le rideau final tombe le 6 janvier, jour de Épiphanie où les enfants attendent avec impatience l'arrivée... de la Befana.    

Et en ce jour de Noël, disons avec nos amis italiens :

Noel-italien.JPG

 

Nous vous invitons à consulter l'article "Noël 2014"

en cliquant ICI 

Pierre Caspar 

 

 

 Pour retourner sur la page d'accueil, cliquez ICI

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Caspar
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pierre Caspar
  • Le blog de Pierre Caspar
  • : Le Festival de Musique de Claye-Souilly (Région parisienne) reçoit des choeurs, orchestres, ensembles musicaux du monde entier. Le Choeur de Claye-Souilly a fait des tournées en Europe, aux U.S.A., au Canada, en Chine etc
  • Contact

Recherche